Rose des Vents

    Aventures Bicyclétales ...

Evolution
Voyager vers l'inconnu, rencontrer les Hommes, respecter la Terre !!
 Accueil
La pollution des transports !! 
 Pourquoi à vélo ?
 Devenir neutre en CO2
La pollution des transports, on en entend beaucoup parler, on la voit, on l’entend, on la sent, on la tousse aussi … certains vont jusqu’à la vomir et d’autres en meurent, mais au juste qu’en est-il vraiment !? .
pollution en ville



La pollution des transports en général

La pollution des transports est une pollution polyfactorielle dont les formes et les conséquences sont multiples. Ci-dessous se trouve une liste des effets les plus critiques :
  • Pollution atmosphérique bien sûr, c’est la plus évidente car elle se voit. Air vicié et maladies respiratoires dans les villes, dégagement de gaz à effet de serre et réchauffement climatique pour l’ensemble de la planète … avec les conséquences désagréables que cela aura pour les générations futures. Pour plus d’informations, cliquez ici.
  • Pollution des eaux, avec les marées noires et les dégazages sauvages en mer.
  • Pollution acoustique, surtout pour les heureux citadins et ceux qui habitent à proximité d’un couloir aérien.
  • Pollution esthétique, franchement, vous trouvez ça beau un tas de voitures agglutinées devant un feu rouge ? Ou une autoroute qui passe au milieu de votre jardin ? Bon, nous sommes d’accord …
  • Pollution du système nerveux, le stress des embouteillages, la cohabitation entre automobilistes, les accrochages, les accidents et j’en passe … 
  • Pollution spatiale,
    • En ville, avec la congestion des centres urbains et la nécessité de disposer d'espaces sans cesse plus importants pour la voirie et les parkings, tout cela au détriment de l’espace de vie de l’Homme.
    • A la campagne, avec la parcellisation des habitats naturels par les autoroutes et les voies ferrées, entraînant la disparition des grands animaux et donc au global réduisant la biodiversité.
  • Dernier type de « pollution », et non des moindres, c’est celle qui consiste à piller une ressource non renouvelable. Car non, à l’échelle de l’Homme, le pétrole n’est pas une énergie renouvelable. Pour plus d’informations, cliquez ici.

 



La pollution atmosphérique des transports et le réchauffement climatique

La pollution atmosphérique des transports provient à 80% des véhicules routiers (voitures, motos, scooters, camions, bus) et à 20% du transport aérien … (la pollution générée par les trains et les bateaux est ici d’un ordre de grandeur négligeable). 

pedaleurs chinois                    dommage

Les principaux polluants atmosphériques sont les suivants :
.
  • Dioxyde de carbone (CO2) : c’est le principal gaz à effet de serre, il contribue à 60% du réchauffement climatique.
  • Monoxyde de carbone (CO) : il se fixe sur l'hémoglobine du sang et empêche le transport d'oxygène dans l'organisme. C’est un gaz inodore qui se dilue très facilement dans l'air ambiant, mais en milieu fermé, sa concentration le rend toxique, voire mortel.
  • Oxyde d’azote (NOx) : il provoque des troubles respiratoires et augmente la sensibilité aux attaques microbiennes. Il contribue aussi au réchauffement climatique à hauteur de 6%.
  • Ozone (O3) : il y est principalement produit sous l'influence de la lumière solaire par la réaction des hydrocarbures imbrûlés et des oxydes d'azote des gaz d'échappement avec l'oxygène de l'air. Lors de fortes températures, son évacuation vers les couches supérieures de l'atmosphère est freinée, ce qui peut entraîner des problèmes de santé chez les citadins à la santé fragile (irritation des muqueuses et des yeux). Ne pas confondre cet ozone nocif avec l’ozone de la stratosphère, la fameuse couche d’ozone, qui constitue un filtre indispensable des rayons UVs.
  • Hydrocarbures (HC) : ils constituent un des deux précurseurs de l’ozone. Voir ci-dessus.
  • Particules (PM) : elles sont principalement issues des moteurs diesels. Elles peuvent pénétrer d’autant plus profondément dans les poumons que leur taille est réduite (particules fines, plus petites que 2,5 µm). Elles peuvent causer des allergies, des difficultés respiratoires ou encore des lésions pouvant entraîner des cancers dans certains cas.
  • Dioxyde de soufre (SO2: il irrite l’appareil respiratoire et il est également responsable des pluies acides.

Les transports représentent au total entre 20 et 30% des gaz à effet de serre générés par l’activité humaine, et c’est la seule catégorie dont la proportion continue de croître (provenance du reste des gaz à effet de serre au niveau mondial : industries = 25%, résidentiel / tertiaire = 22%, déforestation = 15%, agriculture = 13%)

Le trafic aérien augmente à une vitesse qui donne le tournis : +30% en 4 ans depuis 2002, 2.12 milliards de passagers transportés en 2006 et des projections qui suggèrent +5%/an jusqu’en 2026, avec à la clé quelques 29 000 avions supplémentaires en circulation (données de Capital, No193, Octobre 2007). A terme, le transport aérien (qui opportunément n’est pas intégré dans le protocole de Kyoto) va devenir la plus importante source de gaz à effet de serre dans le monde !

En ce qui concerne le nombre des voitures en circulation, 550 millions en 2005, il est prévu là aussi une croissance de 5%/an avec donc un doublement d’ici à 2030 … ce qui élèvera le parc automobile mondial au-delà du milliard d’unités … au secours …

La planete flambe ...      Effets pervers du rechauffement climatique ...

Si encore le problème du réchauffement climatique pouvait être résolu rapidement une fois les moyens adéquats mis en place, mais c’est loin d’être le cas. Le principal gaz responsable de l’effet de serre et donc du réchauffement climatique, le CO2, a un taux de persistance atmosphérique de plusieurs centaines d’années, ce qui signifie que ses effets continueront à se faire sentir longtemps après son pic … pic que l’on espère proche mais que l’on ne prévoit généralement pas avant la fin du XXI ème siècle …

Et ce n'est pas tout (vraiment j'espère ne pas gâcher votre journée, mais tout de même, la situation est grave, nous devons en parler …). Et ce n’est pas tout donc, car une fois certains phénomènes amorcés par le réchauffement climatique, nous ne pourrons manifestement pas les arrêter avant leur terme … c’est le cas de la fonte des glaces, qui constitue un très bel exemple de ce que l’on nomme une rétroaction positive. Le concept est simple : les gaz à effet de serre contribuent à réchauffer l’atmosphère, et favorisent donc la fonte des glaces. Ces mêmes glaces ont un pouvoir de réflexion important des rayons solaires, une sorte de pouvoir refroidissant, mais comme elles fondent, elles réfléchissent moins de lumière, et laissent la terre en absorber une proportion toujours plus grande, la terre se réchauffe donc un peu plus … et la glace fond encore plus … et la terre se réchauffe encore plus … et ainsi de suite jusqu’à ce que les ours polaires apprennent à nager.

Que la fonte des glaces et la dilatation de l’eau de mer fassent monter le niveau des océans pendant des millénaires (c’est l’échelle de temps qui est retenue par les spécialistes) risque bien d’être notre dernier souci devant les catastrophes climatiques extrêmes qui nous guettent et les famines que nous ne pourront éviter avec 10 milliards de bouches à nourrir (10 milliards est une projection optimiste, c'est-à-dire basse, du palier démographique que doit atteindre l’humanité en 2050) … et quand je dis « nous », je pense à nos descendants, qui, mais pourrons nous les blâmer un jour, ne manqueront pas de nous maudire pour avoir été si légers  




L’épuisement du pétrole

En 2002, la France a consommé 95 millions de tonnes de pétrole, dont 50 millions de tonnes sont allées aux transports, soit plus de la moitié de notre consommation de pétrole totale. Le monde dans son ensemble brûle (il n’y a pas d’autre mot) 4 milliards de tonnes de pétrole par an, et ce chiffre augmente de 2% tous les ans.

Le pétrole et ses dérivés (charbon, gaz naturel, sables bitumeux, etc …) sont issus d’un processus de sédimentation qui s’inscrit sur une période de l’ordre de la centaine de millions d’années. Théoriquement donc, le pétrole est une ressource renouvelable ; dans la pratique pourtant, en consommant en moins de 200 ans ce qui a été produit en 100 millions d’années, nous consommons 500,000 fois plus vite que la vitesse de régénération de la ressource, celle-ci ne manquera donc pas de s’épuiser.

Les spécialistes s’accordent à prédire un pic de production du pétrole entre 2010 (de l'avis des géologues) et 2035 (de l'avis des économistes). Les réserves doivent nous permettre de « tenir » encore 30 ans … pourtant le véritable début des ennuis arrivera bien plus tôt, et ce dès que l'offre ne pourra plus croître aussi vite que la demande. Bien évidemment, lorsque ce découplage interviendra, tout "accident de parcours" (guerre dans un pays producteur majeur, grève, sabotage, révision à la baisse des réserves, etc) engendrera des soubresauts sur les prix, allant de n'importe quoi entre un petit hoquet et un gros choc pétrolier type 1979 … ou pire encore. L’histoire n’en serait pas à sa première guerre pour qu’un pays puisse mettre la main sur des ressources qui lui font défauts. Retenez ces deux chiffres : 80% du pétrole se trouve dans des pays qui n’en consomment que 20% (les pays du Golfe) … et 20% du pétrole se trouve dans des pays qui en consomment 80% (les pays Occidentaux et l'Asie).


petrole                         avion     

Et la solution ne viendra pas des biocarburants, puisque compte tenu de leur rendements médiocres et des surfaces arables disponibles, nous ne pourrions faire rouler que 40% de nos voitures  … et encore, seulement après avoir au préalablement décidé de ne plus manger !!! Voilà qui ne semble guère tenable …

Les cas le l’électricité et de l’hydrogène (pile à combustible) sont également de fausses bonnes idées, car ces énergies ne sont pas disponibles telles quelles mais doivent être produites à partir d'une autre énérgie. Aujourd'hui, électricité et hydrogène sont majoritairement produits dans le monde à partir d'énergie fossile, sauf en France, où le nucléaire est prévalent (78% de notre électricité, n'en déplaise à Mme Ségolène Royal et à Mr Sarkozy, cf le débat présidentiel du 2 mai 2007, la première avançant le chiffre de 17% et le second un chiffre de 50% !!). En imaginant que l'on roule tous en voiture électrique demain en France, il va tout de même nous falloir quasiment doubler notre parc de centrales nucléaires, et est-il nécessaire de rappeler que les réserves d'Uranium 235 (seul combustible nucléaire actuellement) sont de l'ordre de 50 à 90 ans tout au plus ? On le voit bien, il n'y aura pas de solution miracle sans changement des comportements.





Mon impact personnel

Par pure curiosité, et non par goût de l’auto flagellation, j’ai voulu savoir combien de tonnes de pétrole j’avais pu consommer en 32 ans de transports, et combien de tonnes de gaz à effet de serre j’avais pu répandre dans l’atmosphère ? J’ai donc pris ma calculette et j’ai attaqué les additions et les multiplications … en voici le résultat :

moyen de transport km
939,800
véhicule personnel
conso de pétrole (litres/
100km)
conso de pétrole  (litres) émission de gaz ES* (éq. CO2 en g/km) émission de  gaz ES*  (éq. CO2 en tonnes) nombre de pers. ** conso de pétrole (litres) émission de gaz ES*  (éq. CO2 en tonnes) coût *** (Euros)
voiture 520 000 9.6 49 920 316 164 1.4 36 438 120.0 2 281
avion 333 500 1 100 3 668 500 65 545 21 860 285.0 12 872 76.7 1 458
vélo 36 000 0.0 0 0 0 1.0 0 0.0 0
train/métro 25 000 nc nc nc nc nc nc 0.3 6
bus 14 000 40.0 5 600 1 857 (sr) 26 (sr) 20.0 280 1.3 (sr) 26
marche 9 000 0.0 0 0 0 1.0 0 0.0 0
mobylette 1 500 4.0 60 100 0.15 1.5 40 0.1 2
bateau 800 nc nc nc nc nc nc 0.0006 0
total 939 800 - 3 724 080 - 22 050 - 49 630 198.4 3 773

ES* : Effet de Serre.
Les gaz à effet de serre sont calculés en « équivalent CO2 », ils incluent donc tous les autres gaz à effet de serre en plus du CO2.
Pour la voiture, la quantité de gaz à effet de serre inclue les émissions liées à la construction de la voiture, les émissions liées au raffinage et au transport du carburant vers la pompe à essence et les émissions liées à la combustion du carburant dans le moteur de la voiture. Au final, ces émissions sont supérieures d’environ 50% aux émissions constructeur. Sources : Climat Mundi et ADEME.
Pour l’avion, il existe un facteur de ~3 entre la quantité de CO2 réelle dégagée et sa mesure en "équivalent CO2 », notamment du fait de l’altitude où sont dégagés les polluants. Sources : Climat Mundi et ADEME.
Nombre de pers.** : approximation tenant compte d'un taux de remplissage de 75% pour l'avion.
Coût *** : coût de la compensation de l'émission du CO2, calculé sur le site de Cimat Mundi pour l'avion et l'automobile, et extrapolé pour les autres moyens de transport.
nc : non communiqué.
(sr) : sous réserve.

La folie des kilomètres, il n’y a pas d’autre mot … 939 800 km en 32 ans, cela correspond à 80 allers-retours entre Paris et New York ; cela correspond aussi à plus d’un aller-retour sur la lune !! A la clé, près de 50 000 litres de pétroles sont partis en fumée et ont dégagé l’équivalent de 200 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Non, je ne suis pas fier ... non, non ...

Et pourtant que peut-on me reprocher ? Rien, absolument rien. Je n’ai enfreint aucune loi. Aujourd’hui la pollution est un droit, et à écouter certains hommes politiques, et à regarder certaines publicités, polluer semble même être un devoir !! Achetez des voitures, prenez l’avion, consommez que diable, faites-moi chauffer cette économie un peu molle, donnez nous de la croissance …

C’est hélas une des limitations majeures de notre modèle de développement actuel, où ce qui est éthiquement irresponsable peut être tout à fait légal. De là à dire que nous vivons dans une société qui n’a plus de valeur, il n’y a qu’un tout petit pas …

wwf

Pour mesurer votre empreinte écologique globale, le WWF Suisse a développé un petit jeu très instructif !! N'hésitez pas, cela prend moins de 5 minutes, et vous allez être surpris ...





Mes engagements


Au petit jeu du « c’est la faute à qui ?» … notre génération sera à n’en pas douter sur la sellette un jour ou l’autre. Car tout de même, les générations précédentes nuisaient finalement peu au regard des niveaux de pollution atteints aujourd’hui, et surtout ils n’ont jamais eu accès à l’information dont nous disposons. Les prochaines générations, c’est une certitude, auront accès à cette information, pourtant eux n’auront plus le loisir de polluer, puisque les ressources fossiles seront épuisées depuis longtemps déjà.

Notre génération donc, est celle qui se situe à la croisée des chemins. C’est celle qui peut faire basculer l’histoire d’un coté ou de l’autre. C’est celle sur qui repose la responsabilité des conditions de vie de l’humanité pour les prochains millénaires … ni plus, ni moins … vous avez toujours envie de partir aux Seychelles pour votre lune de miel !?

A titre individuel, si je ne modifie pas mon comportement, je suis bon pour parcourir ~ 4 millions de km jusqu'à ma mort, consommant bien 100 000 litres de pétrole supplémentaires et dégageant l'équivalent de 400 tonnes de CO2 en plus (en tenant compte d’une amélioration des rendements moyens de 33% sur la période 2008-2055). Pas vraiment raisonnable tout ça …

Donc voilà, j’ai pris plusieurs résolutions pour me racheter une conduite :

  • La première fut de mettre le frein sur mes déplacements en avion, les limitant à un aller-retour par an en France uniquement, ce que j’ai tenu sur les 4 dernières années.
  • La seconde fut de démissionner de mon travail, se situant à 65 km de mon lieu de résidence et à 10 000 km de ma famille. L’expatriation est une aberration de notre époque, un non-sens écologique.
  • La troisième fut de programmer ma sortie du transport aérien. Mon dernier vol en avion aura lieu en Juin 2008.
    no plane
    A cela je n'ai pas beaucoup de mérite, car voler est devenu un véritable calvaire : queues interminables à l'embarquement, mesures de sécurité envahissantes, espace ridicule à l’intérieur de l’avion et j’en passe …
    Si vous aussi vous avez décidé de ne plus voler, vous pouvez vous inscrire ici et ainsi obtenir votre diplôme de non-volant : voyez-le mien ici (ce diplôme tient compte de mon vol de Juin 2008).
  • Ma quatrième résolution fut d’offrir à la planète une année sans émission de gaz à effet de serre, et de sensibiliser un maximum de personnes sur mon projet, notamment en intervenant dans des écoles en France et à l'étranger.
  • Ma cinquième et dernière résolution fut de remettre mon compteur d’émission de gaz à effet de serre à zéro en payant pour mes émissions passées (incluant mais non limitées aux 3 773 Euros calculés plus haut). Si vous souhaitez m’aider à devenir neutre en CO2, cliquez ici !

Ma démarche n’a rien d'exceptionnel (d’ailleurs moi-même je suis plutôt normal, mes amis vous le diront ) et je n'aspire pas du tout à une vie d'ascète. Le fait est que nous ne pouvons pas d’un coté nous auto proclamer homo sapiens (l’homme sage) et en même temps nous comporter sans réfléchir aux conséquences de nos actes, laissant à un hypothétique pouvoir supérieur le loisir de légiférer et réglementer nos habitudes comportementales ... 

On dit malheureusement des Français -à tort ou à raison- "qu’ils acceptent la réalité de l’effet de serre, estiment que l’environnement se dégrade et sont favorables au développement durable … PAR CONTRE, ils n’ont pas conscience d’une responsabilité individuelle évidente, et refusent de se soumettre à une discipline qui affecterait leur niveau de vie". 

Il est vrai que « Le » Français n’est pas à un paradoxe près, mais ne confondons pas baisse du niveau de vie et baisse de la qualité de vie. Prisonniers de monstrueux embouteillages ou conduisant nos enfants chez le médecin pour une affection due à la pollution de l’air, nous sommes en droit de nous interroger sur la qualité de notre vie actuelle. Avec comme moteur la croissance et l’accumulation de biens, nous sommes de plus en plus prisonniers de l’engrenage compétition stress individualisme, débouchant sur une société dure et égoïste.

Nous avons eu besoin de 15 milliards d’années d’évolution pour découvrir l’origine de l’univers dont nous sommes issus, pour déchiffrer le comportement des atomes et des galaxies, pour explorer le système solaire, pour mettre à notre service les forces de la nature, mais nous sommes incapables de nous mobiliser pour empêcher notre propre élimination ! Voila en résumé le drame auquel nous sommes confrontés aujourd’hui.

Agissons ensemble pour un monde meilleur !


Le peu, le très peu que l’on peut faire, il faut le faire quand même.
Théodore Monod.

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.
Gandhi.  


Pour un monde avec plus de fleurs que de fumees ...


Sources : Manicore / Climat Mundi / ADEME / Wikipédia / Travaux personnels.
Liens internet sur le sujet.
Bibliographie sur le sujet.


.
Tous droits réservés : Copyrights © 2007 Frédéric LINGET