Rose des Vents

    Aventures Bicyclétales ...

Evolution
Voyager vers l'inconnu, rencontrer les Hommes, respecter la Terre !!
 Accueil

S'inscrire à la Newsletter


 Qui suis-je ?
 Où vais-je ? 
 Pourquoi à vélo ?
Vous inscrire à la Newsletter vous permettra suivre le déroulement de mon voyage en recevant un message lors de chaque mise à jour majeure de ce site, c'est à dire environ tous les mois jusqu'en Juillet 2009.

Google Groupes
Saisissez votre e-mail ci-dessous pour recevoir la Newsletter :

En cas de problème, essayez une seconde fois ou contactez-moi directement !!



Nous vivons dans un monde imparfait où joies et peines sont mêlées. Peut-être existe-t-il un monde meilleur où les selles de vélo sont taillées dans un arc-en-ciel et rembourrées de nuages ?
Jerome K. Jerome.
Bicyclette et ciel
 Devenir neutre en CO2
 Les carnets de voyage
 Pedaler Humanum Est
 Les amis de la bicyclette
 Aventures précédentes
 Questions - Réponses
 Revue de presse
 Equipement
 Partenaires
 Liens
 Bibliographie
 Me contacter
 S'inscrire à la Newsletter





Newsletter no1 (11 Février 2008):
A quatre mois du départ.


Le vent du cyclopède souffle sur vous tous et c'est avec une émotion certaine que je m'adresse à vous à l'occasion de cette première Newsletter !

Tout d'abord merci d'avoir eu le courage d'embarquer à mes côtés pour cette nouvelle aventure, je vais faire mon possible et l'impossible si possible pour ne pas vous décevoir.

Mon projet avance, récapitulons-ici quelques points parmi les plus importants:
  • le départ de Bangkok aura lieu le Dimanche 29 Juin, soit dans un peu plus de 4 mois ... mes préparatifs vont bon train et j'ai maintenant rassemblé presque tout mon matériel (il ne me manque plus que quelques broutilles comme un duvet anti congélation ou un réchaud multi combustion, les deux n'ayant pas véritablement de lien entre eux, du moins je l'espère ...).
  • le rodage => j'ai effectué le week-end dernier ma première sortie sur mon nouveau vélo ... avec quelques bagages à l'arrière pour "faire vrai". Tout s'est bien passé, aucun bruit suspect ni crevaison ne furent à déplorer ... pour voir une image de ce galop d'essai, cliquez ici !
  • l'itinéraire => moi qui prévoyais passer de Chine en Inde via le col de Nathu La (entre le Népal et le Bhoutan) ... et bien je suis moins confiant depuis que j'ai appris que ce col -qui accessoirement culmine à 5500m- n'est ouvert que 3 mois par an, depuis un an seulement, et pour les commerçants uniquement (les autorités concernées ne prévoyant pas le passage des touristes avant 2018). Ca se complique donc un brin pour aller au Bhoutan, et la seule route envisageable passe maintenant par Katmandou, soit tout de même un détour de 1000 km au beau milieu de l'Himalaya ... il faut que j'y réfléchisse ... diantre, ça pourrait monter ...
  • l'itinéraire bis => à propos de mon passage en Iran et à l'attention des généraux américains scrutant leurs images satellites haute résolution: "non je ne suis pas un convoi d'armes de destruction massive, non je ne peux pas déployer un missile nucléaire en 30 minutes, non Ben Laden ne s'est pas caché dans mes sacoches" ... faites passer l'information si vous avez vos entrées au pentagone, d’avance merci.
  • pourquoi un vélo vert ? comme pédaler permet d'avancer, et comme je vais très bientôt pédaler à plein temps, je me suis dit que je pourrais certainement faire avancer un peu plus que ma seule personne sur un vélo, et donc pourquoi ne pas faire avancer de concert la cause environnementale via la problématique des transports? Cliquez ici pour en savoir plus sur la pollution des transports en général et sur mon bilan carbone personnel en particulier !
  • dans quel but ? dans le but de montrer par l'exemple que la situation actuelle n'est pas raisonnable (surtout la mienne) et qu'il est urgent de le reconnaître et d'agir en conséquence. Il existe des alternatives à nos modes de transport, et par extension des alternatives à nos modes de vie. C'est le propos du concept de neutralité en carbone, cliquez ici pour en savoir plus. N'hésitez pas à me donner vos avis, ça m’intéresse !!
  • le site Internet => régulièrement mis à jour et traduit en Anglais depuis le mois de Décembre, il reprend tout mon projet en détail ... et compte déjà plus de 8000 visiteurs.
Bon vent à tous et rendez-vous en Avril pour la seconde Newsletter,



Newsletter no2 (19 Avril 2008): A deux mois du départ.

 

Le vent du cyclopède souffle à nouveau et voici donc quelques nouvelles de Thaïlande à seulement deux mois du départ ! Bigre, comme ça se rapproche ...

 

L’itinéraire : j’ai décidé de retirer le Bhoutan de mon parcours, non sans regret, mais il fallait se rendre à l’évidence, le col de Nathu La (entre la Chine et l’Inde) est bel et bien fermé et le détour en passant par Katmandou est tout simplement déraisonnable. Le petit détail qui a aussi eu une grande importance compte tenu de la nature de mon voyage, c’est qu’un séjour au Bhoutan implique une voiture suiveuse, c’est la règle, mais ce n’est pas dans l’esprit d’un voyage sans émission de CO2. Donc exit le Bhoutan … je compenserai en prenant mon temps au Tibet !

 

Le Tibet, c’était mon premier plan B, mais depuis les émeutes du 14 mars dernier, c’est particulièrement mal engagé. Pour faire court, le Tibet, tout le Tibet, est fermé aux étrangers jusqu’à nouvel ordre. La Chine elle-même vient de se fermer à l’approche des jeux olympiques. Les visas se délivrent au compte goutte et pour des durées réduites … là aussi jusqu’à nouvel ordre. Mais qu’ont donc les Chinois à cacher au reste du monde ? La réponse est évidente, mais ça ne résout pas mon problème.

   

Je prépare donc actuellement deux autres plans B, le premier contournant le Tibet par le Nord (sortie de la Chine par la frontière Pakistanaise) et le second contournant par le sud (via le Bangladesh). L’incertitude prédomine et à priori je serai fixé une fois en route. Je croise les doigts.

 

Le vélo vert roule particulièrement bien. J’ai attaqué l’entraînement assidûment et je ne désespère pas de parvenir à enfin assouplir ma selle en cuir !! Cliquez ici pour voir les dernières photos.

 

Les partenariats avancent, avec notamment plusieurs écoles primaires Françaises qui sont intéressées et qui ont, pour certaines, déjà commencer à travailler le sujet. Cliquez ici pour voir les différents types de partenariats.

 

Le site Internet … régulièrement mis à jour, il reprend tout mon projet en détail et compte déjà plus de 16000 visiteurs. 

 

Bon vent à tous et rendez-vous en Juin pour la troisième Newsletter,

A bientôt,

.



Newsletter no3 (4 Juin 2008):
A moins d'un mois du départ !

L'heure de vérité approche et voici mes dernières nouvelles en provenance de Thaïlande, à moins d'un mois du départ ...
 
Les visas : Laos, Viêt-Nam, Chine, Inde et Népal ... c'est dans la poche. Ce fut particulièrement ardu pour obtenir le visa Chinois, compte tenu des restrictions administratives suite à la récente répression au Tibet et à l'approche des Jeux Olympiques, mais grâce à un peu d'aide et beaucoup de chance, c'est finalement à l'ambassade Chinoise de Londres que j'ai obtenu mon sésame !! Concernant les deux visas restants, je devrais obtenir d'ici quelques jours celui du Pakistan ... et dans quelques mois celui pour l'Iran.
 
L'itinéraire : à ce niveau là c'est toujours le grand flou en Chine. J'ai mon visa, certes, mais le Tibet est toujours hermétiquement fermé, tout comme nombre de provinces qui le jouxtent. Pour ne rien arranger, le séisme meurtrier de la mi-mai au Sichuan a détruit la plupart des routes permettant un accès par l'Est. Je prépare donc plus que jamais un plan de contournement du Tibet, soit via le Bangladesh, soit via la province Chinoise du Xinjiang.
 
L'entraînement sur le vélo vert : après 500 km parcourus à vide et 200 km parcourus en charge (avec 35kg de bagages), la selle commence enfin à s'assouplir !! Mes débuts sur cet engin à forte inertie ne se sont pas fait sans peine ni sans mal ; le poids et le tangage sont particulièrement traîtres lors des changements de direction, je l'ai appris à mes dépens ... mais je pense maintenant avoir bien saisi cette caractéristique. Cliquez ici pour voir les dernières photos.
 
Les partenariats se concrétisent : Les médias en parlent ...
  • le 3 Mai dans L'Echo Républicain,
  • le 10 Mai dans la République du Centre,
  • le 10 Mai encore sur Radio Intensité,
  • en Juin et à paraître, dans Le Petit Journal, Le Gavroche et le BangkokPost.
  • cliquez ici pour lire les articles déjà parus.
Bon vent à tous et rendez-vous à la fin du mois pour la dernière Newsletter avant le départ ; en attendant, je m'en vais de ce pas continuer à travailler la souplesse de ma selle ...



Newsletter no4 (28 Juin 2008):
Je pars demain.

 

Donc voila, ça y est, j’y suis presque, puisque c’est demain matin que je pars …

 

Mais diantre que cette dernière semaine fut rude, avec trop d’au revoirs, trop d’adieux, trop d’émotion et aussi beaucoup trop de larmes. Autant mes collègues de travail que mes amis ont su trouver les mots justes pour être bien certains que je ne les oublierai pas …

 

Je ne les oublierai donc pas. C’est dur de partir.

Voir les dernières photos ici.

 

Je m’élancerai demain matin à 8h00, au niveau du Parc Lumpini de Bangkok, en compagnie de quelques amis venus m’escorter hors de la ville. J’espère que d’ici là le ciel se sera éclairci et que le vent aura faibli … aujourd’hui le temps est maussade …

 

La forme physique : ça va bien. Après avoir parcouru plus de 1000 km en deux mois pour m’entraîner … il ne me reste plus qu’à élever mon rythme jusqu’à ~2000 km par mois.

 

Le programme du mois : 10 jours en Thaïlande (vers le nord-est à travers l’Isaan), 5 jours au Laos (traversée d’ouest en est à partir de Savannakhet) et 15 jours au Viêt-Nam (la remontée vers Hanoi).

 

Nouvelles sur la Chine : le Tibet s’entrouvre enfin aux étrangers … deux touristes seraient parvenus –légalement- jusqu’à Lhassa le 25 juin dernier. C’est une excellente nouvelle, cela confirme qu’il n’est plus impossible de traverser le Tibet, mais cela n’indique cependant pas encore que ce sera possible, la nuance est importante. En attendant d’en savoir plus, je me suis remis au Chinois : Frédéric se transcrirait « fú léi dé lǐ kè » … oui, oui, la communication est parait-il un problème dans l’empire du milieu !

 

Compensation carbone : le projet continue, et ce seront bientôt 150 tonnes de dioxyde de carbone qui seront compensées !! Cliquez ici pour en savoir plus.

 

Les médias en parlent ...

  • Paru ce mois => dans Le Gavroche et Khrungthep Turakij.
  • A paraître en Juillet => dans Le Petit Journal, Le BangkokPost, The Nation, et L'écho Républicain (second article).
  • Lire les articles déjà parus.

Je vous donne rendez-vous le mois prochain, depuis Hanoi, pour mes premières impressions après un mois de voyage.

 

Demain, je pars enfin …




Newsletter no5 (27 Juillet
2008): Hanoi !

Donc ça y est, depuis le temps que cela devait arriver et depuis le temps que j’en parlais, je suis maintenant sur la route … j’ai quitté Bangkok le dimanche 29 Juin comme prévu.

 

Cela n’a pas été simple de partir, et de claquer cette porte d’appartement que je ne reverrai plus, en laissant derrière moi 10 ans de souvenirs. Une page est définitivement tournée, et elle fut lourde à soulever !

J’ai d’autant plus apprécié les nombreux messages d’encouragements que j’ai reçus la veille, le jour et le lendemain de mon départ. Que leurs auteurs en soient ici chaleureusement remerciés.

 

Le départ en lui-même fut épique, avec une étape fortement urbaine sur un vélo particulièrement mal équilibré et au comportement hésitant. Heureusement que je disposais d’une escorte de choix en les personnes de mes amis Stéphanie et Henri, venus pour m’assurer une sortie de ville sans encombre. Ensuite la route, je la connaissais plutôt bien et ce fut sans surprise : direction plein est vers les provinces rurales de l’Isaan, le Mékong et la frontière avec le Laos. Ce ne fut que du bonheur : [Cliquez ici pour le carnet de voyage en Thaïlande]

 

La traversée du Laos fut quand à elle bien plus facile qu’anticipée, la route no9 allant jusqu'au Viêt-Nam ayant été récemment refaite grâce à des capitaux Japonais, ce ne fut donc qu’une affaire de quelques jours seulement. C'est presque passé trop vite : [Cliquez ici pour le carnet de voyage au Laos] 

 

Et je suis donc arrivé au Viêt-Nam après deux bonnes semaines de voyage, pour un dépaysement radical, tant la culture Viêt-Namienne et les comportements tranchent avec ce que j’ai pu connaître en Thaïlande et au Laos. A tout dire, le voyage, le vrai voyage, a débuté ici … et les difficultés de communication avec. Je suis au Viêt-Nam depuis maintenant deux semaines, j’ai remonté la moitié du pays depuis l’ancienne ligne de démarcation séparant le sud et le nord Viêt-Nam et je suis arrivé à Hanoi avant-hier. Tout se passe bien, j'adore ce pays : [Cliquez ici pour le 1ere partie du carnet de voyage au Viêt-Nam]

 

Itinéraire : pour l’instant je suis mon plan de route à la lettre. En parvenant au Viêt-Nam, j’ai atteint le point le plus à l’est de mon parcours et je suis maintenant la direction nord / nord-ouest. A ceux qui s’étonnent de m’avoir vu partir plein est depuis Bangkok, alors que la France se trouve plutôt à l’ouest, je rappelle qu’il n’est pas possible de traverser la Birmanie en vélo (frontières terrestres fermées et routes impraticables) et qu’il faut donc la contourner !

 

La forme physique : ça va bien. Après avoir parcouru plus de 2000 km sur un terrain majoritairement plat, les jambes suivent vraiment bien et le poids des bagages ne se sent plus. Par contre la chaleur est parfois éprouvante ...

 

Le vélo vert : il va bien également. Je n’ai eu qu’à resserrer quelques pièces (dont le roulement de direction), mettre un petit coup de pompe dans chaque roue, un peu d'huile sur la chaîne, réaligner les patins de frein ... et rien d'autre. La seule chose qui ne fonctionne pas, c'est mon feu arrière soit disant automatique, d’un genre têtu et à la logique obscure, s'allumant et s'éteignant quand bon lui semble, mais jamais quand on lui demande. C'est agaçant, je vais devoir le changer avant même d'en avoir eu besoin. Basta (c'est le nom du fabricant, ça ne s'invente pas !).

 

Le programme du mois prochain : 15 jours de plus au Viêt-Nam (la boucle nord-ouest via Dien Bien Phu et la plus haute route du pays, culminant à 2 000m) et 15 jours en Chine (via la très ancienne route du Thé utilisée à l'époque Ming). Il y a quelques bonnes grimpettes en vue ....

 

Compensation carbone : le projet continue, et ce seront bientôt 150 tonnes de dioxyde de carbone qui seront compensées !! Cliquez ici pour en savoir plus.

 

Les médias en parlent ...

  • Paru ce mois => dans Le BangkokPost et Kom Chad Luek.
  • Paru le lendemain de mon départ => dans le Daily Xpress, The Nation et Le Petit Journal.
  • Lire les articles déjà parus.

Je vous donne rendez-vous le mois prochain depuis Zhongdian en Chine, à seulement quelques km de la frontière avec le Tibet.




Newsletter no6 (28 Août 2008): A la porte du Tibet !

Je vous avais laissé à Hanoi, dans la chaleur et la moiteur de la mousson, et bien depuis j'ai fait un bon bout de chemin et je suis en ce moment en Chine, à Zhongdian plus précisément (3 160 m) ; il s’agit de l’avant-dernière ville de la province du Yunnan sur la route du Tibet. Avant d’en dire plus sur la Chine, revenons sur la fin de mon séjour au Viêt-Nam.

 

Au départ d’Hanoi, je me suis dirigé vers les premières vraies montagnes de mon voyage en empruntant la route du nord-ouest qui passe notamment par Dien Bien Phu. J’ai pris beaucoup de plaisir à parcourir ces montagnes de moyenne altitude, les paysages y sont absolument sublimes et les habitants de la région, majoritairement issus de minorités ethniques, ont indéniablement contribué à la sensation d’évoluer sur une autre planète … où quand les minorités deviennent une majorité. Tout allait donc bien jusqu’à ce que les pluies de la tempête Kammuri arrosent abondamment la région, très abondamment, beaucoup trop abondamment : 4 jours et 4 nuits sans interruption, c’est long. La poussière est devenue boue, les glissements de terrain se sont multipliés en altitude, tout comme les inondations dans les vallées et les routes furent coupées pendant plusieurs jours. [Cliquez ici pour lire le carnet de voyage au Viêt-Nam]

 

Lorsque les routes furent enfin partiellement dégagées, je me suis dirigé vers la frontière Chinoise … pour y découvrir qu’ici aussi il avait beaucoup plu. Le passage de la frontière fut tendu des deux côtés, pour des raisons différentes, mais j’ai fini par poser mes roues en Chine … en laissant toutefois derrière moi tous mes livres à tendance contre-révolutionnaire et de nature à mettre en péril l’unité nationale de la Chine, rien de moins. Si le nord du Viêt-Nam ressembla à une autre planète, pour la Chine je me dois de trouver une métaphore encore plus forte, je dirais donc une autre galaxie : absence totale de repère et absolument personne qui connaitrait seulement quelques mots d’anglais. J’ai fini par m’y faire, il le fallait bien, et j’ai alors pu pleinement apprécier l’incroyable hospitalité et la générosité des Chinois du Yunnan. Il ne s’est pas passé un seul jour sans que l’on m’invite à déjeuner ou à diner, parfois les deux. Voila qui tranche singulièrement avec les images dont nous abreuvent les médias ! La province du Yunnan, à l’image de la Chine dans son ensemble, fonctionne à deux vitesses : d’un côté il y a des villes ultra modernes avec d’immenses tours de verre où des Ferrari côtoient des Porsche au feu rouge (véridique, vu à Mengzhi) … et de l’autre côté, à quelques kilomètres seulement, il y a les campagnes où les paysans se déplacent encore à dos d’âne ! [Cliquez ici pour lire la première partie du carnet de voyage en Chine]

 

La forme physique : ça va très bien. Après avoir parcouru plus de 2 000 km supplémentaires en montagne, et en enchainant souvent des étapes de plus de 100 km (avec entre 1 000 et 2 000 m de dénivelé positif), les jambes suivent toujours bien, ma récupération est très rapide et ma selle est devenue aussi confortable qu’une vieille pantoufle ! le mal aux fesses des premières semaines est bien loin.

 

Le climat : je suis passé de tropical humide à tempéré d'altitude. C'est très agréable lorsque le temps est ensoleillé, mais vraiment frais si il pleut (15 à 16 degrés seulement).

 

Le vélo vert : il a souffert dans la boue et sous la pluie, mais il a vaillamment résisté. Le seul gros souci concerne les jantes, qui pour une raison que je ne m'explique pas, ont fondu comme beurre de Yak au soleil et ont du être remplacées après moins de 4000 km !! Je ne recommande donc pas les Rigida Grizzly ...

 

Le programme du mois prochain : ce sera 100% Tibet, avec la traversée de l'Himalaya et de ses cols à plus de 5 000 mètres. Il y a des chances pour que cela soit assez grandiose …

 

Compensation carbone : le projet continue … doucement. Il me manque encore quelques centaines d’Euros pour atteindre les 150 tonnes de dioxyde de carbone compensées !! Cliquez ici pour en savoir plus.

 

Les médias en parlent, deux articles sont parus ce mois => dans L'Echo Républicain et La République du centre. Lire les articles déjà parus.

 

Le site Internet : régulièrement mis à jour jusqu’ici, et avec déjà près de 50 000 visiteurs, je pense que je n’aurais pas assez de temps pour le mettre à jour pendant la traversée du Tibet. Ne vous inquiétez pas, c’est normal.

 

Je vous donne rendez-vous le mois prochain depuis le Népal.
.

Newsletter no7 (15 Octobre 2008): Tibet !
..
Ca y est, c’est fait, je viens de traverser le Tibet … et je peux maintenant confirmer cette rumeur tenace, oui, il y a bien des montagnes au Tibet. Il y en a même de très hautes, de très belles, de très arides et il y en a aussi d’un peu toutes les couleurs : des grises, des vertes, des jaunes, des marrons mais aussi des rouges et des blanches … c’est un véritable festival de couleurs.

 
J’ai parcouru 2 400 km au Tibet, j’ai grimpé 26 000 m de dénivelé (soit trois fois l'Everest !!) à une altitude moyenne de 4 000 m et avec une altitude maximum de 5 248 m. Ce sont des chiffres qui sont entrés directement au Panthéon de mes records personnels, je n’avais jamais autant grimpé et je n’étais jamais monté aussi haut.
 
Mais le Tibet ne se résume pas seulement à ses montagnes, même si pour un cycliste évidemment cela revêt une importance particulière. Le Tibet c’est aussi et surtout un pays hautement spirituel où la nature est respectée et où l’environnement a été préservé avec soin depuis toujours. Le Tibet, enfin, est un pays qui vit depuis 60 ans sous un régime d’occupation … et dont l’héritage culturel est mis à l’épreuve de l’administration Chinoise chaque jour un peu plus. [Cliquez ici pour lire mon carnet de voyage au Tibet]
 
La forme physique : ça va très bien, mes jambes sont devenues de véritables pistons qui ne connaissent ni la fatigue, ni la douleur. L’acclimatation à l’altitude s’est faite progressivement et sans problème particulier, même si parfois en fin de col le souffle fut un peu court.
 
Le climat : le début du parcours s’est effectué sous des restes de mousson, ce qui fut moyennement agréable certains jours (temps couvert, pluie, grêle, neige, boue, froid transperçant) mais j’ai fini sous le soleil et avec un magnifique ciel bleu d’automne. Du fait de l’altitude, évidemment il a fait plutôt froid …
 
Le vélo vert …  a résisté aux impossibles routes Tibétaines, et c’est un véritable exploit car rien ne lui aura été épargné : boue, pierres, pavés, poussière, sable … sur des centaines et des centaines de kilomètres. Au final, rien à signaler, les vitesses passent toujours sans sourciller comme au premier jour.
 
Le programme du mois : je viens d’arriver au Népal et je compte y rester encore deux ou trois semaines, avant de me diriger plus à l’ouest vers le nord de l’Inde.
 
Compensation carbone : le projet continue et 50 nouvelles tonnes de carbone seront compensées dès le mois prochain !! Il n’en restera alors plus que 250 … Cliquez ici pour en savoir plus.
 
Les médias en parlent : un article est paru le mois dernier dans le magazine « carnets d’aventure ». Lire les articles déjà parus.
   
Je vous donne rendez-vous le mois prochain depuis Dharamsala en Inde …

.


.

Newsletter no8 (19 Novembre 2008): Inde !

.
Le mois qui vient de s’écouler m’a vu effectuer un pas important vers l’Europe, j’ai ainsi définitivement laissé derrière moi la Chine et sa sphère d’influence en arrivant au Népal et en effectuant mes premiers tours de roue sur le sous continent Indien. Le changement de décor fut radical … encore une fois.
 
Le plus difficile a été de s’acclimater à la nourriture, à la densité, à la foule -parfois envahissante- et à l’extrême pauvreté. Le Népal, qui plus est, est un pays qui sort tout juste de 12 ans de guerre civile. Tout y est à faire … [Cliquez ici pour lire mon carnet de voyage au Népal]
 
J’ai ensuite poursuivi ma route à travers les provinces du Nord de l’Inde en passant par plusieurs villes saintes de différentes religions : Haridwar (Hindoue), Ponta Sahib et Anandpur Sahib (Sikhs) et Dharamsala (Bouddhiste). L’Inde fait partie des très bonnes surprises de ce voyage, je m’attendais à y vivre un véritable calvaire, une idée préconçue par un excès d’ignorance, et au final je passe un très agréable séjour dans ce pays haut en couleurs … [Cliquez ici pour lire la première partie de mon carnet de voyage en Inde du Nord]

La forme physique : ça va mieux, mais j’ai un peu accusé le coup ce mois-ci avec divers petits pépins qui se sont enchainés : une grippe, deux belles infections alimentaires, une perte d’appétit générale et une jambe droite un peu rétive … mais tout est maintenant rentré dans l’ordre.

Le climat : il n’est pas tombé une seule goutte d’eau depuis un mois et demi et le soleil est omniprésent du matin jusqu’au soir. Avec l’hiver qui approche, les températures baissent un peu mais restent très agréables.

Le vélo vert … se porte comme un charme. RAS.

Le programme du mois : je reste encore une petite semaine en Inde, au Punjab, et ensuite je continue ma route au Pakistan, en direction du Baloutchistan et de la frontière Iranienne.

Compensation carbone : le projet continue, 50 nouvelles tonnes de carbone ont été compensées en Novembre, portant ainsi le total à 150 tonnes depuis mon départ !! Il n’en reste maintenant plus que 250 … cliquez ici pour en savoir plus.

Les médias en parlent : un article vient d’être publié sur la page d’accueil du site Internet du Conseil Général d’Eure et Loir, cliquez ici pour lire les articles déjà parus.
 
Correspondance : je ne le dis pas assez, mais sincèrement merci à tous ceux qui m’écrivent régulièrement et me soutiennent !! Merci …

Je vous donne rendez-vous le mois prochain depuis Quetta au Pakistan …

.



Newsletter no9 (31 Décembre 2008): En pays Baloutche !

.

Cela fait maintenant six mois que je suis parti de Bangkok, six mois que je pédale sur les routes d’Asie, avec maintenant un peu plus de 10 000 km à mon compteur. Je suis à mi-chemin, il me reste encore six autres mois pour parcourir 10 000 autres kilomètres, mais maintenant chaque jour et chaque kilomètre qui passent me rapprochent véritablement du but, la France et bien sûr Châteaudun. C’est donc un autre voyage qui commence, avec l’arrivée en point de mire.

 

Depuis ma dernière Newsletter, j’ai bouclé mon étape Indienne en passant par la petite ville Tibéto-bouddhiste de Dharamsala et par la ville sainte Sikh d’Amritsar, avec en point d’orgue le magnifique Golden Temple qui selon certains se classe juste derrière le Taj Mahal pour sa beauté architecturale. [Cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Inde du Nord]

 

C’est au lendemain des attentats de Bombay que j’ai traversé la frontière en direction du Pakistan … l’actualité aurait difficilement pu être plus dramatique entre les deux frères ennemis du sous-continent Indien.

 

Le Pakistan et sa culture résolument musulmane m’ont assuré un dépaysement radical … et j’ai eu tout le temps de l’apprécier en m’installant pour une durée indéterminée à Lahore, la capitale culturelle du pays. Une durée indéterminée où chaque jour j’espérais recevoir mon visa pour l’Iran, et où chaque jour, pendant trois longues semaines, j’ai été systématiquement déçu. A ceux qui se demandent quelle est la plus grande épreuve à surmonter dans un périple comme le mien, j’ai maintenant la réponse : la plus grande épreuve, ce n’est pas la montagne, le froid, l’altitude, la nourriture Népalaise, la circulation en Inde ou l’isolement, non, la plus grande épreuve, c’est de se retrouver bloqué par un nœud administratif et de voir son sort dépendre du bon vouloir d’obscures fonctionnaires … voilà la véritable épreuve, voilà le véritable obstacle.

 

Du coup j’ai pris un peu de retard sur mon plan de route, mais rien de rédhibitoire, et sitôt mon visa en poche, je suis remonté en selle en direction du sud de la province du Punjab, le nord du Sindh et l’est du Baloutchistan jusqu’à Quetta … bénéficiant sur la fin d’une succession d’environ une vingtaine d’escortes policières !! J’ai déjà traversé quelques déserts pour arriver à Quetta, et les colonnes de dromadaires en bord de route font désormais partie du paysage. [Cliquez ici pour lire mon carnet de voyage au Pakistan]

 

La forme physique : ça va très bien, les trois semaines d’inactivité à Lahore n’ont pas eu de véritables conséquences sur mon aptitude naturelle à pousser sur des pédales.

 

La météo : hormis trois jours de pluie, il fait toujours aussi beau, du matin jusqu’au soir, avec un grand ciel bleu et des températures encore très agréables pour la saison.

 

Le vélo vert … s’est ennuyé ferme à Lahore, mais depuis tout va pour le mieux. Il est bien au chaud dans ma chambre d’hôtel et je l’ai même douché ce matin pour rincer toute la poussière accumulée au cours des derniers jours.

 

Le programme du mois : je vais rester au Pakistan pendant encore une bonne semaine, le temps de traverser les 600 km du désert du Baloutchistan, et ensuite je vais commencer la remontée sud-est => nord-ouest de l’Iran via les villes historiques de Bam, Yazd et Esfahan.

 

Compensation carbone : le projet continue, j’ai compensé 150 tonnes depuis mon départ et il en reste encore 250 … cliquez ici pour en savoir plus et pour voir comment m'aider.

 

Les médias en parlent : deux articles sont parus récemment, le premier dans la Newsletter de Climat Mundi, le spécialiste en produits et services neutres en CO2, et le second dans la République du Centre, cliquez ici pour lire les articles déjà parus.

 

Je vous donne rendez-vous le mois prochain depuis Téhéran.

 

Joyeuses fêtes de fin d’année et tous mes meilleurs vœux pour 2009 … rêvez votre vie et vivez vos rêves, voilà tout le mal que je vous souhaite …




Newsletter no10 (1er Février 2009): La longue traversée du désert !
.

Depuis ma dernière Newsletter, j’ai bouclé mon étape PAKISTANAISE en traversant le fameux désert du Baloutchistan … et ce fut un grand moment de pur bonheur : des dunes de sable, des montagnes arides, ocres, des villages-oasis tous les 100 ou 150 km, des gens formidables, des dromadaires, une petite route étroite sans circulation, un grand soleil … et aussi beaucoup de vent dans le dos !! [Cliquez ici pour lire la fin de mon carnet de voyage au Pakistan]

 

J’ai ensuite continué ma route en IRAN, non sans mal. Après les affres de la pénible obtention de mon visa, je me suis retrouvé confronté de visu à la police Iranienne, peu aimable, franchement antipathique et déterminée à ne pas me laisser pédaler dans le sud du pays. Je me suis ainsi fait balader et secouer à l’arrière de plusieurs véhicules de police sur près de 300 km, avant d’être enfin « remis en liberté ». Je n’ai pas aimé.

 

Après ce départ effectué du mauvais pied, j’ai un peu peiné à retrouver le plaisir de rouler. J’ai enchainé des centaines de kilomètres, toujours dans le désert, mais cette fois dans le froid, avec du vent de face et au milieu d’une circulation bien peu respectueuse des cyclistes. Les Iraniens confirment ce fait maintenant reconnu scientifiquement : une personne normalement constituée perd instantanément 100 points de QI dès qu’elle s’assoit derrière un volant. Attention danger, la bêtise guette ceux qui sont les moins bien équipés …

 

Bref, j’ai donc décidé d’esquiver Téhéran, ses millions de voitures, ses 2 fois 10 voies de circulation, sa pollution … et je me suis attardé en route dans les caravansérails et les très belles cités construites au milieu du désert : Bam, Rayen, Mahan, Zei-o-din, Kerman, Yazd, Na’in et Esfahan … autant de véritables joyaux architecturaux qui redonnent du baume au cœur. Et puis ce fut aussi l’occasion de rencontrer et d’échanger avec de nombreux Iraniens et Iraniennes, des êtres charmants et cultivés, qui plus est doués d’un rare sens de l’hospitalité. [Cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Iran]

 

La forme physique : tout va vraiment bien, aucun problème.

 

La météo : le temps s’est bien rafraichi, les gelées matinales sont devenues communes, la neige tombe de temps en temps, le vent est souvent glacial … et généralement mal orienté, mais le soleil résiste bien, et rend la plupart des journées franchement agréables !!

 

Le vélo vert … a connu sa toute première crevaison sur les routes du Baloutchistan. Un clou de deux bons centimètres a mis fin à plus de 10 000 km d’invincibilité ! Pour le reste, tout semble en ordre, la chaîne commence à bien s’allonger mais j’ai jugé qu’elle pouvait encore tenir 3 ou 4 000 km jusqu’à la Grèce. Inch Allah (si Dieu le veut) comme on dit par ici …

 

Le programme du mois : je vais poursuivre mon périple Iranien en m’enfonçant dans les provinces montagneuses du nord-ouest, et d’ici trois semaines, je vais commencer la longue traversée de la Turquie. Ce mois sera placé sous le signe du froid, les températures descendant régulièrement jusqu’à -20 degrés dans la région …

 

Compensation carbone : le projet continue, j’ai compensé 150 tonnes de carbone depuis mon départ et les 200 tonnes approchent à grands pas … cliquez ici pour en savoir plus et voir comment vous pouvez m'aider.

 

Les médias en parlent : un article est paru au début du mois dans l’Echo Républicain, cliquez ici pour lire les articles déjà parus.

 

Je vous donne rendez-vous le mois prochain depuis l’Est de la Turquie …

.



Newsletter no11 (13 Mars 2009): Les affres de la neige !


Depuis ma dernière Newsletter, j’ai fini mon étape Iranienne en passant par les villes historiques d’Esfahan, Natanz, Qom, Kashan, Orumyeh … et en empruntant cet itinéraire, j’ai eu quelques surprises, dont la plus inattendue fut de passer juste devant le fameux centre de recherche nucléaire qui procède à l’enrichissement –très controversé- de l’Uranium Iranien. Devant la forte présence militaire déployée aux abords du site, il va s’en dire que je suis passé bien vite …

 

Ensuite, fatigué d’évoluer au milieu des camions, j’ai emprunté les toutes petites routes de montagnes du nord-ouest du pays, dans les provinces Kurdes et Azéries, où là j’ai commencé à découvrir beaucoup de neige … et beaucoup de pentes d’un pourcentage réellement impressionnant, au point que pour la première fois de ce voyage, je me suis tout simplement demandé si ça allait être possible ! [Cliquez ici pour lire la fin de mon carnet de voyage en Iran]

 

L’hospitalité des Iraniens fut extraordinaire, mais la circulation fut un enfer et c’est sans regret que j’ai franchi la frontière Turque à la fin du mois de Février. Le contraste avec l’Iran fut saisissant, la Turquie est un pays laïc où la liberté devient palpable, et où surtout la joie de vivre se ressent nettement. Sans pourtant en avoir réellement souffert en Iran, j’ai tout de suite apprécié la différence.

 

Mes premiers tours de roue en Turquie furent cependant plus difficiles que prévus. J’ai ainsi du composer avec les fréquentes chutes de neige, les routes glissantes, le vent toujours de face, les meutes de chiens enragés … et d’incessantes successions de cols à franchir. C’est en Turquie que mon compteur a dépassé les 100 km de dénivelé positif, et depuis il indique déjà plus de 110 km, soit tout de même une jolie douzaine « d’équivalent Everest » depuis mon départ de Bangkok. [Cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Turquie]

 

La forme physique : tout va très bien, malgré quelques douleurs dans l’épaule gauche, probablement la conséquence du nombre incalculable de pierres que j’ai pu lancer sur les chiens qui s’approchaient trop près en me montrant les crocs, une bien mauvaise habitude en Turquie.

 

La météo : il n’a pas fait aussi froid que je le craignais, et le mercure n’est jamais descendu sous les -6 degrés. Mais par contre il y a eu beaucoup de vent, et il a neigé, neigé et encore neigé, en Iran mais surtout en Turquie, avec les problèmes que cela n’a pas manqué de poser pour gérer l’équilibre précaire d’un véhicule équipé de seulement deux roues …

 

Le vélo vert … commence à émettre des bruits un peu suspects !! Sont en cause le roulement de la roue avant, à la peine depuis quelques jours, et la chaîne qui manifestement a fait son temps et ses kilomètres … en espérant que tout cela tienne bon jusqu’à Izmir (~ 1 000 km).

 

Le programme du mois : je poursuis la traversée de la Turquie en me dirigeant plein ouest vers la mer Egée, puis je vais remonter vers le nord en traversant le détroit des Dardanelles, et enfin continuer quelques kilomètres plus à l'ouest jusqu'au niveau de la frontière Grecque.

 

Compensation carbone : le projet continue, je viens de compenser 50 tonnes supplémentaires, portant ainsi le total à 200 tonnes depuis mon départ de Bangkok … cliquez ici pour en savoir plus et pour découvrir comment m’aider.

 

Les médias en parlent : France Info a évoqué mon voyage dans sa chronique du samedi intitulée « les aventuriers », Turkish News a publié un article dans son quotidien national et Kanal 1 a diffusé une interview télévisée … je suis en train de devenir célèbre en Turquie ! cliquez ici pour lire les articles déjà parus.

 

Je vous donne rendez-vous le mois prochain depuis la Grèce pour mes premiers tours de roue en Europe !




Newsletter no12 (9 Avril 2009): Premiers pas en Europe !

Je suis donc maintenant en Europe, qui plus est dans un pays de l’Union Européenne puisque je viens d’arriver dans la ville Grecque d’Alexandroúpolis … après avoir pédalé pendant pas moins de 7 semaines en Turquie. A ceux qui m’ont dit : « mais tu es encore en Turquie !? » je leur ai répondu que la Turquie est un très grand –et surtout très long- pays … que j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié, ce qui peut paraître paradoxal au vu des petits désagréments que j’ai rencontré tout au long de cette étape, à commencer par un temps exécrable, mais aussi des chiens agressifs, des enfants qui lancent des pierres et, pour en finir avec cette liste peu glorieuse, la désagréable proximité d’un tourisme de masse développé à outrance.

 

Si malgré cela je garde un excellent souvenir de mon passage en Turquie, c’est que le pays se distingue par ailleurs grâce à de nombreux sites naturels à couper le souffle (la Cappadoce, la région des lacs), une multitude d’anciennes cités Grecques particulièrement évocatrices (Aphrodisias, Ephèse, Pergamum, etc) et de petits bijoux de villages magnifiquement préservés (Egirdir, Selcuk, Ayvalik). Lorsque l’on ajoute à ce cocktail déjà séduisant la remarquable hospitalité des Turcs et une cuisine qui se classe parmi les plus variées et les plus réussies du monde, la cause est définitivement entendue … 

[Cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Turquie]


La météo : je n’ai pas vraiment été verni de ce côté là, la neige m’a accompagné quasiment jusqu’à la mer Egée et le vent fut impitoyable tout le mois durant. Petite consolation cependant, le beau temps semble s’être définitivement installé sur la côte et les températures sont depuis remontées en flèche … et j’ai donc ressorti du fond de mes sacoches le short et les tongs !

 

Le vélo vert s’est offert une cure de jouvence en trois étapes. D’abord une nouvelle roue avant dans le petit village d’Egirdir (le roulement du moyeu était irrécupérable), puis ensuite un nouveau pneu arrière changé sur le bord de la route (celui d’origine était sur le point d’éclater) et enfin une toute nouvelle transmission chaîne + pignons + pédalier à Izmir … où le mécanicien qui a inspecté mon vélo n’avait jamais vu une chaîne aussi usée en 20 ans de métier !! Donc voilà, les principales pièces d’usure ont été changées et je devrais maintenant pouvoir rallier Châteaudun sans autre intervention mécanique.

 

Le programme du mois : après avoir passé presque deux mois en Turquie, je vais maintenant traverser quatre pays en un seul tout petit mois, en commençant par la Grèce, puis l’Albanie, le Monténégro et enfin la Bosnie-Herzégovine. J’ai l’impression que le rythme du voyage s’emballe maintenant que l’arrivée est en vue …

 

Compensation carbone : le projet continue, j’ai déjà compensé 200 tonnes depuis mon départ de Bangkok et je vais compenser 50 tonnes supplémentaires le mois prochain … cliquez ici pour en savoir plus et pour découvrir comment m’aider.

 

Les médias en parlent : l’Echo Républicain a publié un article au milieu du mois de Mars, cliquez ici pour lire les articles déjà parus.

 

Le vélo à Lyon : ça n’a pas de rapport direct avec mon voyage, mais comme à mon sens le plus noble voyage qu’un cycliste puisse réaliser est celui qui le conduit tous les jours de son domicile à son lieu de travail, il me parait tout naturel d’informer ici les Lyonnais -et les autres- que Vélonaute, LA boutique du vélo de ville et de randonnée à Lyon, ouvrira ses portes le 10 Avril au 35, Rue Tronchet dans le 6ème (Métro Foch). www.velonaute.com

 

Je vous donne rendez-vous le mois prochain depuis la Bosnie …




Newsletter no13 (6 Mai 2009): Au coeur de l'ex-Yougoslavie.

Ce premier mois en Europe était un test, et j’avoue qu’il constituait pour moi une grande inconnue. Quid de l’accueil et de la facilité d’évoluer à vélo à travers des pays (presque) développés ?

La Grèce apporta une première réponse rassurante et reste à ce jour le pays le plus développé de mon voyage. Evidemment le coût de la vie ne correspond à rien de ce que j’avais pu connaître jusqu’ici, mais j’ai largement compensé en profitant du beau temps et en campant le plus souvent possible, généralement au milieu des oliviers ! J’ai aussi profité des petites routes du réseau secondaire, magnifiques mais fort montagneuses, pour m’éloigner de la circulation et m’attarder dans l’arrière-pays, notamment en faisant le tour du Mont Olympe, la célèbre résidence des Dieux de la mythologie Grecque … [cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Grèce]

J’ai ensuite continué ma route en traversant l’Albanie dans le sens de la longueur … mais là ce fut une vraie déception : 45 ans de communisme Stalinien et 20 ans d’un capitalisme débridé ont accouché d’un résultat peu séduisant. Le culte de l’argent-roi a tout balayé sur son passage et le pays sembe être en pleine recherche identitaire … [cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Albanie]

Mon arrivée dans le minuscule Monténégro fut une bouffée d’air frais, cette ex-république Yougoslave est un véritable bijou et j’en ai pris plein les yeux. Amoureux de la nature, de la culture et de l’authenticité, ce pays est fait pour vous ! [cliquez ici pour lire mon carnet de voyage au Monténégro]

Depuis deux jours maintenant je suis arrivé en Bosnie-Herzégovine, si la nature ici est toujours aussi séduisante, les traces de la guerre sont par contre omniprésentes. Mon carnet de voyage sera en ligne d’ici une dizaine de jours ...

La météo … a été capricieuse ces derniers temps, avec quelques beaux orages et des températures qui jouent au yoyo d’un jour à l’autre.

Le vélo vert … se porte comme un charme.

Le programme du mois : demain je reprends la route en direction de Sarajevo où – si tout se passe comme prévu- je devrais rencontrer mon grand ami Grégoire qui lui arrivera en train depuis la France. De là nous continuerons ensemble à travers l’ouest de la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Slovénie et une partie du nord de l’Italie jusqu’à Venise. Il ne me restera alors plus qu’environ 500 km à parcourir à travers le reste du nord de l’Italie -en solo- pour parvenir à la frontière Française. Cela va être un nouveau mois chargé avec de nombreuses traversées de frontières …

Compensation carbone : le projet continue, je viens de compenser 50 tonnes supplémentaires et le nouveau total s’établit maintenant à 250 tonnes depuis mon départ de Bangkok … cliquez ici pour en savoir plus et pour découvrir comment m’aider.

Les médias en parlent : l’Echo Républicain, la République du Centre et Climat Mundi ont chacun publié un article le mois dernier, cliquez ici pour lire les articles déjà parus.

Je vous donne rendez-vous le mois prochain … depuis le Sud de la France !



Newsletter no14 (9 Juin 2009): La France ...

La France donc, ça y est, j’y suis … et l’arrivée à Châteaudun se précise ! Ce onzième et avant-dernier mois de voyage m’a conduit du sud de la Bosnie-Herzégovine jusqu’au pied des Alpes Françaises … et ce fut un très joli mois, riche en rencontres.

 

Comme prévu mon grand ami Grégoire m’a rejoint en train à Sarajevo. Son voyage (avec vélo et remorque) fut long et parfois difficile, mais il n’a pas perdu son temps, et il est maintenant incollable sur les différentes connexions ferroviaires intra-européennes. Outre la joie de pédaler ensemble, la Bosnie-Herzégovine nous combla par son riche héritage culturel et par son environnement remarquablement préservé … mais la Bosnie-Herzégovine nous plongea aussi dans de profondes réflexions sur la folie des hommes, elle qui fut le théâtre d’un terrible conflit au milieu des années 90. [cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Bosnie-Herzégovine]

 

Notre mini séjour en Croatie nous laissa à peu près le même sentiment pour les mêmes raisons. Nous n’y sommes restés que deux petits jours, mais nous avons tout de même eu le temps de nous émerveiller devant l’immensité des forêts. [cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Croatie]

 

En continuant notre route à travers les Républiques d’ex Yougoslavie, nous avons ensuite traversé la Slovénie où nous avons découvert un pays qui fait la part belle aux vélos et aux cyclistes. Nous nous sommes régalés, et nous avons en plus eu le privilège d’être reçu à Novo Mesto et Ljubljana chez mes amis Katja et Klemen. [cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Slovénie]

 

Nous sommes ensuite arrivés en Italie, d’où Greg est reparti en train vers la France pour un voyage nettement plus court et un peu plus simple que lors de l’aller. Avec la pratique et l’expérience, les affres du rail Européen sont finalement apprivoisables ! De nouveau seul, je ne le suis pas resté longtemps puisque Leo m’avait invité à passer quelques jours chez lui à Ponte di Barbarano, en Vénétie. Je dois avouer que j’ai beaucoup apprécié l’Italie, sa cuisine, ses vins, ses trésors architecturaux, et aussi surtout ses nombreux cyclistes qui écument les routes de campagne, source inépuisable d’encouragements et de conseils avisés. Les Italiens sont vraiment sympas, et en plus ils aiment le vélo. [cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en Italie]

 

Le passage de la frontière Française entre Vintimille et Menton sonna le début de l’arrivée, j’y ai rencontré comme prévu Christophe, un ami que j’ai rencontré en Thaïlande il y a dix ans, mais aussi un ami de toujours tant notre amitié est évidente. La suite, la journée passée à l’école Toreille de Vence, la sortie en vélo avec les enfants de la classe de Christophe et tout le reste, je vous en parlerai le mois prochain !

 

La météo … fut franchement estivale jusqu’à la frontière Française, avec des températures flirtant allégrement avec les 40 degrés … mais le rafraichissement en arrivant en France fut sensible, et les averses sont depuis assez fréquentes.

 

Le vélo vert … a perdu une pédale, et non les pédales, j’ai donc fait quelques kilomètres sur une « patte » avant de monter une nouvelle paire de pédales, et depuis tout va bien …

 

Le programme du mois : je remonte tout doucement la France via Villeneuve Loubet, Vence, Castellane, Digne-les-Bains, Gap, Grenoble, Lyon, Allanche, le Massif Central, Anjouin, Tours et Vendôme. Je vais en profiter pour m’attarder un peu chez la famille, les amis, les amis de la famille et aussi la famille des amis … je savoure …

 

L’arrivée à Châteaudun : je vais arriver à Châteaudun le vendredi 26 Juin, place de la Mairie, vers 11h00.

 

Conférences : après une première inédite dans l’école Toreille de Vence en début de mois, je remets ça le mardi 16 Juin à Lyon, à 18h30, en collaboration avec Vélonaute (le vélo au quotidien pour tous) dans la librairie Raconte-moi la Terre (14 rue du Plat 69002 Lyon). Entrée libre et gratuite bien entendu, amis Lyonnais venez nombreux.

 

Compensation carbone : j’ai compensé 250 tonnes de CO2 depuis mon départ de Bangkok et je vais compenser 50 tonnes supplémentaires à la fin du mois … cliquez ici pour en savoir plus et pour découvrir comment m’aider.

 

Les médias en parlent : l’Echo Républicain et Nice Matin ont chacun publié un article le mois dernier, cliquez ici pour lire les articles déjà parus.

 

Je vous donne rendez-vous à la fin du mois … depuis Châteaudun !




Newsletter no15 (17 Juillet 2009): Châteaudun !

Cela n’aura donc échappé à personne parmi vous, je suis maintenant arrivé au terme de mon voyage … « déjà » diront certains, « ce n’est pas trop tôt » répliqueront les autres. Parti un certain 28 Juin 2008 du parc Lumpini de Bangkok, l’arrivée à Châteaudun me semblait alors bien lointaine, presque hypothétique, et pourtant tout arrive. Je suis ainsi arrivé à Châteaudun 363 jours plus tard après avoir parcouru la bagatelle de 20 904 km et gravi l’équivalent d’une vingtaine d’Everest.

Ce ne sont toutefois que des chiffres, et les chiffres sont impuissants pour rendre compte du bonheur intense que j’ai ressenti tout au long de ce périple, loin de chez moi et loin de tout, mais finalement auprès des miens lors de ce dernier mois.

Un dernier mois où j’ai exclusivement pédalé en France, en zigzagant généreusement au gré des invitations chez les uns et les autres, dans la famille, chez les amis, les amis de la famille et la famille des amis, chacun trouvant le temps de m’accueillir et même parfois l’énergie pour m’accompagner un jour ou deux à vélo ! Ce furent des moments privilégiés, très touchants, qui resteront gravés à jamais. Et le final ? Que dire du final, le dernier jour du dernier mois, sinon que ce fut un final en apothéose, avec une cinquantaine de cyclistes à mes côtés, et avec un formidable comité d’accueil devant la mairie de Châteaudun, dont la doyenne n’était autre que ma petite grand-mère Edith, 90 ans la semaine suivante !! J’en ai encore les jambes qui flagellent … [cliquez ici pour lire mon carnet de voyage en France]


La météo …
fut en général fraîche et venteuse, mais le soleil, heureusement, a également été bien présent.

Le vélo vert
… m’a un peu inquiété avec une roue-libre très « cliquetante » qui éprouvait parfois de grosses difficultés à embrayer, mais depuis que je suis arrivé, le problème a miraculeusement disparu ! La capacité d’un vélo à se réparer lui-même me surprendra toujours.

Conférences : après Vence et Lyon le mois dernier, j’organise une nouvelle conférence ce mois-ci à Châteaudun, le Jeudi 30 Juillet à 20h00, dans la salle panoramique. Entrée libre et gratuite bien entendu, amis Dunois (et d’ailleurs) venez nombreux … car j’ai ouï dire que la salle pouvait accueillir 300 personnes !

Compensation carbone
: je viens de compenser 50 tonnes supplémentaires et le total s’établit maintenant à 300 tonnes de CO2 depuis mon départ de Bangkok, cliquez ici pour en savoir plus.

Les médias en parlent (beaucoup ce mois-ci): trois articles de l’Echo Républicain, deux articles de la République du Centre, un article de la Nouvelle République, à l’antenne de Radio Intensité, sur le plateau de TVL28 et dans un reportage diffusé sur France 3, cliquez ici pour en savoir plus.

Remerciements …
en premier lieu à mes parents bien sûr, eux qui m’ont sensibilisé dès mon plus jeune âge aux vertus écologiques du vélo, à ma famille ensuite, mes amis et mes anciens collègues Thaïlandais pour leur inconditionnel soutien, à mes partenaires Climat Mundi et la CFE pour leur contribution à mon projet de compensation de CO2, à Christophe et Sandrine pour leur implication et celle de leurs élèves respectifs, aux nombreux Dunois et Dunoises et aux autres pour leur accueil à Châteaudun … et enfin à tous ceux de tous horizons et de toutes nationalités qui m’ont aidé et encouragé sans relâche tout au long de ces 12 mois de voyage. Merci à vous tous, car ce n’est pas un hasard si je ne me suis jamais senti seul sur mon vélo …

Cette 15ème et dernière newsletter ainsi s’achève. Mon voyage est fini, je ne sais pas encore de quoi mon avenir sera fait … mais une chose me parait aujourd’hui évidente, la protection de l’environnement va rester ce qui guidera mes prochains projets, pour la très simple raison qu’agir en cohérence avec ses convictions est le plus grand cadeau que tout un chacun puisse se faire à lui-même … et l’aventure continue, car l’aventure jamais ne s’arrête …

Amicalement,

Frédéric.




Tous droits réservés : Copyrights © 2007-2009  Frédéric LINGET